Coulée de bronze pour fixer le temps

Bronzes et Sculpture

LES HELENES

La sculpture en Bronze

L’Art de la sculpture en Bronze commence sur le territoire français, comme dans le reste du monde, à l’époque préhistorique. Les premières œuvres en bronze taillées représentent uniquement des figurines féminines comme les Vénus paléolithique. Cet art était peu développé chez les Gaulois, il n’en reste essentiellement que quelques statuettes en terre cuite. La sculpture française, au Moyen-Age, est intimement liée au monde religieux, les statuts et les bas-reliefs étaient généralement sculptés puis peints comme ceux des cathédrales de Paris et d’Amiens. Charlemagne a grandement redonné vie à l’art du Bronze en France quand il crée les fonderies d’Aix la Chapelle.

Au XIXème siècle on distingue : les sculpteurs qui taillent les matériaux solides – la pierre, le bois ou l’ivoire pour créer une forme unique et originale et le statuaire qui réalise des modèles en plâtre, en argile ou en cire destinés à être reproduits ou moulés comme la technique de la fonte à la cire perdue, pour être coulés ensuite en métal ou en bronze. La sculpture est une activité artistique et visuelle qui consiste à réaliser des formes en volume, en relief, en 3 dimensions pour la taille, le modelage par la fonte où la soudure des métaux. L’âge de Bronze est le premier alliage métallique créé par l’Homme 3 millénaires avant JC, au sens métallurgique du terme, le Bronze désigne tout alliage de cuivre et d’étain, ce dernier étant l’élément d’addition principal. Le laiton quat à lui constitué de cuivre et de zinc.Pour le bronze la découverte de cet alliage est un matériau utilisé et recherché depuis les temps anciens qui met à jour la possibilité de créer des objets d’art en Bronze, statuts et statuettes, médailles, monnaies, bas-reliefs, sculptures miniatures et monumentales. La technique de base n’a pas changé à travers les siècles. Il existe deux grandes techniques, particulièrement utilisées : la fonte à la cire perdue et la fonte au sable.
Ces deux fontes sont prisées aussi bien par les sculpteurs anciens que contemporains. De Camille Claudel à Giacometti, en passant par Rodin, Ponpon etc… A partir de Camille Claudel, les artistes femmes sculptrices sont aussi présentes dans la sculpture contemporaine comme Louise Bourgeois. L’union des femmes peintres et sculpteurs fondée par la sculptrice Hélène Bertaux, permit un changement dans les mentalités, permettant aux femmes artistes d’avoir désormais un statut social reconnu.
Les Hélènes, sculpteurs contemporaines, pratiquent aussi la fonte du Bronze au sable qui consiste à partir d’un modèle original, modelé en argile dont on prend l’empreinte dans un moule pour y couler le métal. Il y a trois étapes principales pour la réalisation d’une sculpture en Bronze :
La première étape est le modelage de l’argile, pratique la plus accessible dans l’univers de la création. Utilisé par nos lointains ancêtres c’est le premier art du feu avant la maitrise des métaux. Le modelage d’une sculpture met en œuvre la sensorialité et les affects. C’est une technique qui se pratique sur des matières malléables, principalement des terres plastiques comme l’argile et la terre glaise. On pratique aussi le modelage sur la cire. Ce modelage permet d’obtenir des formes par façonnage en utilisant des outils comme des débouchoirs et des spatules et aussi par le simple emploi des mains de l’artiste.

La seconde, le moulage, à ne pas confondre avec le modelage. Cette action nécessite de prendre une empreinte, qui servira ensuite de moule dans lequel sera placé le modèle, pour permettre le tirage ou la reproduction en plusieurs exemplaires du modèle, de la sculpture à réaliser en Bronze
Le choix des Hélènes est le moulage au sable de fonderie. Le moulage au sable silico-argileux ou au sable silico-huileux.

De nos jours, l’agglomérant le plus utilisé pour la confection du moule est du sable très fin, possédant la capacité de durcir et de se compacter une fois presser fortement. Selon le sable siliceux choisi, comme le blanc de Fontainebleu, on rajoute de l’argile de type bentonite avec de l’eau. Ce mélange confère au moule une plasticité suffisante pour conserver l’empreinte de la pièce après l’extraction du modèle. Les Hélènes utilisent, en fonction du rendu voulu, le sable adéquat, blanc ou rouge. Le sable de fonderie siliceux à l’huile, de couleur rouge, est lui aussi compatible avec les alliages plomb, étain, cuivre … De granulométrie plus fine que le sable blanc, c’est un produit permettant des copies fidèles et précieuses car seules les zones en contact direct avec le métal brûlent lors de la fonte et sont à éliminées lors du démoulage.
Le talc industriel est le complément indispensable au sable de fonderie ; cette poudre extrêmement fine sert d’agent de démoulage pour les modèles sachant qu’il consiste à la destruction du moule.

La fonte au sable pour le bronze nécessite deux caissons par moule, afin de réaliser l’empreinte d’une œuvre dans le moule, on utilise un modèle en argile avant de refermer les deux faces du moule talquées. On prépare le cônes de coulé et plusieurs évents de dégazage pour que l’alliage de cuivre et d’étain se répartisse correctement à travers tout le moule.

La dernière étape est la fonderie, on coule un métal ou du bronze ou un alliage sous forme liquide grâce à la chaleur dans un moule réfractaire, et son refroidissement permet la solidification, le but étant de limitée au maximum les travaux ultérieurs de finition après la fusion du métal. La méthode traditionnelle du coulage de bronze utilise divers métaux, lors de la chauffe la fusion se produit à 1100° Celsius.
C’est au cours de l’Age de bronze que ces alliages variés ont été employé pour la fabrication d’outils, d’armes, flèches, boucliers, armures … pour leur résistance supérieure en comparaison au bois ou à la pierre. Autrefois le nom “bronze” était donné à tous les alliages du cuivre, aujourd’hui l’emploi du terme bronze se restreint au mélange d’étain et de 80% de cuivre. Les principales caractéristiques du bronze sont une bonne résistance à l’usure et à la corrosion atmosphérique. C’est la diffusion de ce métal dans le monde, et en Europe en particulier, qui sera un détonateur économique et social.

Pour la fonderie de bronze d’art, une fois le four de fusion chauffé à la bonne température, les moules au sable sont alors disposés droits et appuyer de manière à être le plus immobile possible , on y verse le bronze liquide, soit à l’aide d’une louche soit, directement du creuset en graphite dans l’orifice du cône de coulée prévu dans le moule en sable. Une fois les coulées de métal effectuées on attend le refroidissement des moules puis on les ouvre pour faire apparaitre la sculpture, lors de ce procédé des manquent peuvent être présents dû aux évents de coulées mal réparties, une empreinte dans le sable mal réalisée. On peut ensuite effectuer les finitions : ponssage, ciselures, polissage ayant préalablement ébarbé et meulé les bavures éventuelles du bronze

La sculpture obtenue apres la coulée du bronze est généralement du couleur dorée selon les effets que l’on souhaite obtenir on peut appliquer différents produits oxydant le métal : on les appelle patines. Cela donne des couleurs différentes au bronze : l’oxyde cuivre donnant une teinte bleu ou verte, et la ferrique pour les teintes rouges et brunes pouvant aller jusqu’au noir ; pour cela il faut chauffer la pièce en bronze à l’aide d’un chalumeaux, appliquer les mélanges le temps nécessaire en continuant de chauffer. Lorsque la couleur de la patine souhaitée est atteinte on stoppe l’oxydation en rinçant et on fixe avec de la cire en laissant refroidir la pièce.

Schedule a Reading Today

Email

les.helenes@yahoo.fr

Téléphones

06 22 44 11 12

06 10 12 86 19

Adresse

16 Boulevard d’Aguillon

06600 Antibes